Le vote, comment le rendre démocratique ?

vote les éveillés

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://www.leseveilles.info/2016/09/11/vote-rendre-democratique
LinkedIn

L’élection présidentielle de 2017 avançant à grands pas, le balai médiatique promet d’être exceptionnel ! Cependant la remise en cause du système politique actuelle éveille de plus en plus de questions chez nos citoyens. Comment faire que le vote soit encore plus démocratique ? Les éveillés vous guident dans votre réflexion !

 

Le vote, la voix du peuple !

 

Le droit de vote devient universel en France grâce à la Révolution française. Même si dans un premier temps, il ne s’agit que d’un droit uniquement masculin et qui n’est pas forcément accessible à tous, il s’agit d’un pas vers la liberté et la démocratie. Ce bouleversement qu’est la Révolution française a permis d’orienter notre pays vers un chemin qui lui est propre : le pays des droits de l’homme. Le droit de vote a beaucoup évolué entre la Révolution française et 1962, qui est l’année d’instauration du suffrage universel direct. Néanmoins, la révolution a permis aux Français d’obtenir plus de liberté et d’aller vers un système plus démocratique.

 

Cette notion de vote n’a pu être possible qu’avec l’instauration du principe de séparation des pouvoirs. Selon John Locke, dans toutes sociétés fondées par des principes politiques, il existe un organe qui définit les règles qui régissent la vie des citoyens et un autre organe qui désigne les personnes détentrices de ces pouvoirs auxquels ont obéi. John Locke, institue la séparation des pouvoirs entre exécutif et législatif. Le législatif est défini selon John Locke par le peuple, par le vote. Montesquieu va plus loin, dans son ouvrage, de l’esprit des lois, il distingue la séparation de trois pouvoirs, afin d’obtenir une structure politique démocratique: législatif, exécutif et judiciaire. Cette séparation des trois pouvoirs sera la base de tous systèmes démocratiques actuels dans le monde.

Une séparation des pouvoirs réels ?

 

La séparation des pouvoirs en France est un élément principal qui est le fondement de notre système républicain. Il a même été renforcé en 1905 avec la séparation de l’église et de l’état. Ainsi depuis cette période la religion perd une partie de son pouvoir politique. Il faut savoir qu’aujourd’hui encore, la séparation entre l’état et la religion n’est pas chose acquise. On le remarque dans les pays du Moyen-Orient ou encore d’Afrique. Cet impact qu’a la non-séparation des différents organes, qui fait une civilisation est désastreux pour les populations qui la composent. La liberté devient arbitraire et la démocratie devient qu’un mot de plus dans le dictionnaire qui perd son sens. Même le vote devient une mascarade!

 

Cependant, notre démocratie n’est pas parfaite, il suffit juste de suivre les différentes élections qui font les unes des différents médias. En effet, en période électorale, les débats se multiplient, les reportages politiques inondent la sphère médiatique. On se retrouve alors avec un excédent d’informations « politique » qui contribue à la désinformation des citoyens. Car dans ce jeu médiatique, il ne faut pas oublier que les médias qui présentent cette information ne sont pas libres. En effet, la majorité des médias français appartiennent à de grands groupes industriels. Et on le sait! La majorité des médias ont du être recapitalisé parce qu’ils n’étaient pas rentables, ce n’est toujours pas le cas aujourd’hui. Il ne faut pas oublier que l’information, c’est le pouvoir.

 

L’information, c’est le pouvoir !

 

La sphère médiatique, qui présente donc les élections comme un vulgaire show télévisé ou une simple émission de téléréalité, jouant sur le sensationnelle, ne remplit donc pas son travail d’information à l’égard de ses citoyens. En effet, les chahutâtes et autres «prises de bec» entre candidats, font la une des gros titres et sont les principaux sujets de débats au détriment des idées, qui sont le principal intérêt de la politique. Car faire de la politique, c’est avant tout avoir des idées pour améliorer la vie de ses concitoyens. Les personnalités politiques deviennent ainsi des acteurs pris au piège à leurs propres jeux électoraux, qui doivent avant tout faire parler d’eux. Ce jeu médiatique devient ostentatoire, par rapport aux programmes politiques et aux idées qui doivent être les seuls éléments à prendre en compte lors d’une élection.

 

Au-delà du jeu médiatique politique, une pratique antidémocratique est commune dans notre société. Il s’agit du « voter contre ». En effet, il n’est pas rare de voir des personnalités politiques, demandant à leurs partisans de voter contre ou pour un autre candidat. Cette pratique est hautement antidémocratique, puisqu’elle ne laisse pas de chance aux idées. Quand on est contre les candidats restants, la seule solution qu’il doit nous rester doit être le vote blanc, qui signifie alors un désaccord sur ce qui nous est proposé. Les magouilles et autres manœuvres politiques sont antidémocratiques, il n’y a qu’un seul moyen de montrer son désaccord envers le système en vigueur, c’est le vote blanc.

 

La mystification ou le dénigrement perpétuel entre partis politiques est une inconscience politique grave, puisqu’elle nous oriente et créer des préjugés et autres sentiments trompeurs envers des partis politiques différents. Nous avons tous entendu un jour, que le FN est un parti raciste, ou que les verts sont en dehors des réalités. Et pourtant, avons-nous pris la peine de regarder les différents programmes en détail pour avancer de tels arguments ? Je n’ai pas vu de propositions à caractère raciste dans le programme du FN, juste une réduction du nombre de personnes issues de l’immigration légale. Tout comme, orienter un programme politique vers le respect de l’environnement est-il totalement irrationnel ? Il ne faut pas oublier que notre planète est notre avenir ! Il faut laisser leurs chances, aux nouveaux candidats, à ceux qui ne sont pas médiatisés, car même si dans les médias, on vous fait douter de leurs compétences, elles sont au moins réelles et non fictives.

 

Sortir des sentiers battus

 

La seule solution, pour retourner vers un système démocratique, vient des citoyens eux-mêmes. Il faut arrêter de suivre les manœuvres politiques des différents partis et voter en fonction de ses convictions et des idées qui sont proposées. Le droit de vote nous a été acquis pour qu’on puisse décider quelles idées mèneront la France. Il est temps que la politique sorte de la sphère médiatique, ou du moins reprenne une place qui lui est propre et noble, celle de présenter à tous les citoyens, les différents candidats et les programmes politiques, de manières impartiales et non orientées.

 

Il faut qu’un candidat, qui se présente, peu importe, ses moyens et sa renommé ai les mêmes chances d’être élu qu’un grand parti politique du type PS ou Les républicains. Car il ne faut pas oublier que ces grands partis sont financés par des structures privées françaises ou internationales, qui le font toujours dans une optique lobbyiste en ayant des intérêts à la clé. Cette égalité des chances est un principe fondamental, correspondant à nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. Il est donc important de se rappeler qu’on vote pour une personne, certes mais avant tout pour des idées. Car si les hommes disparaissent, les idées sont immortelles.

2 Comments

  1. Cadre retraité non engagé dans un parti politique, je defends depuis plus de quinze ans la reconnaissance du vote blanc comme exprimé avec pour conséquence s’il obtient la majorité absolue, la revocation du scrutin et ou des candidats.
    J’ai rencontré et écrit à des élus députés et senateurs qui globalement seraient d’accord au niveau local mais pas national.
    J’ai également interpellé les medias qui s’obstinent à ne pas aborder ce sujet au fond lors des emissions politiques et interviews, mais en vain.
    J’estime qu’un parti dit blanc n’a absolument ni les moyens financiers ni aucune chance de presenter un candidat et encore moins d’arriver au premier tour d’un scrutin pour faire avancer cette cause.
    J’estime plus efficace à court terme qu’une mobilisation nationale serieuse, hors partis politiques, des citoyens pour les inviter à boycotter le prochain scrutin en tentant d’atteindre une majorité absolue «blanc» des inscrits et un minimum d’abstentions, ferait la démonstration de la volonté populaire d’être reconnue.
    Aucun media, ni organisme de sondage ni politique ne pourrait passer outre.

    • En effet, le vote blanc doit être reconnu! Nos politiques doivent changer à ce sujet. Le vote blanc doit être un moyen pour les citoyens d’exprimer leurs désaccords pour les listes ou candidats proposés. Ainsi il permettrait de mettre fin à la politique du « voté contre » qui est un non sens démocratique ! On vote pour des idées, si nos idées ne passent pas on vote pour notre désaccord avec ce qui est proposé et non pour faire opposition à des idées en votant pour des idées contraires à celles portées précédemment!

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*